INTERSTICES#3 - Marseille,  31 Janvier / 31 Mars 17 février 2012

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Après deux éditions, Interstices étend sa réflexion à un nouveau format et s'installe, le temps d'un chantier, devant une façade en rénovation sur l'avenue de la Canebière.

Nouveau support à l'échelle de la ville et adossé à un immeuble, cette proposition de 70m2 interpellera-t-elle les passants?

Conçue à dessein, la proposition textuelle et contextuelle est un alexandrin emprunté à Charles Baudelaire, tiré des Tableaux Parisiens. Ce vers a par essence une dimension musicale et poétique qui génère la création d'images mentales chez les lecteurs et spectateurs. La contradiction engendrée par la césure des mots et la mise en forme du texte rend difficile sa lecture, au point de le rendre indéchiffrable. Suprême conversion, cette proposition appelle à prendre un temps pour soi dans un lieu qui devient non lieu, espace bordé de circulations saturées, de magasins et de banques.

Elle est accrochée le 31 janvier mais l'artiste choisit d'abord de garder l'anonymat et de laisser une première vie à l'oeuvre, en autonomie, jusqu'au vernissage le jour de la St Valentin au snack « En suisse », lieu-relais pour curieux en quête d'informations.

Ce jeu d'exposition entre ainsi en résonance avec certaines pratiques publicitaires d'une part, et la notion de non lieu* d'autre part. Cette rencontre souhaitée de l'art et de la cité évolue soudain en conclusion imprévue, quand la bâche est dérobée et emmenée sous le bras et à pied, par deux personnes, à 4h30 du matin le 18 février.

Elle sera de retour quelques jours après... accompagnée d'un mot.

La petite histoire du vol, du choc de la disparition, des réactions entre autres des internautes, sera l'objet d'une exposition prochaine de Valérie Horwitz.

 

 

(*) Référence au terme employé & crée par Marc Augé pour décrire les lieux de passages espace interchangeable où l'être humain reste anonyme, où il ne vit pas et ne s'approprie pas l'espace, avec lequel il a plutôt une relation de consommation.

 

 

Galerie flip-book du montage de l'exposition